Nananère!


Preuve s’il en faut une qu’on peut manger des plantes et avoir le cerveau qui carbure.


PLUS ICI

Non, à l'échec scolaire...?






Si  comme moi vous n'avez pas la chance de pouvoir instruire vous-même votre enfant à la maison, mais si comme tant d'autres parents le sujet de l'instruction qui lui est donnée à l'école vous intéresse,  les pronostiques sur le classement PISA 2013, c'est ici  :


http://nonalechecscolaire.soseducation.org/?utm_source=mail_20131127&utm_medium=lien_simple&utm_campaign=PISA&IdTis=XTC-FZHX-F4K35A-DD-L8VP-GX5


et plus encore, sur le site SOS Education
ou le blog !

ICI, un article sur "l'instruction en famille"
et , une enquête des Cahiers Pédagogiques



Coin coin...




Qu'est-ce qui distingue le foie gras des grands chefs, servi aux plus grandes tables et restaurants étoilés de la capitale ?
L214 révèle aujourd'hui comment est produit le foie gras vendu à prix d'or sur les tables du Fouquet's, du Georges V, des chefs étoilés Joël Robuchon et Alain Ducasse, du Royal Monceau, de Lenôtre ou encore de la grande Brasserie FLO. Regardez notre clip :








L'enquête montre des canards bloqués nuit et jour dans de minuscules cages métalliques où les animaux se blessent en tentant d'effectuer des mouvements. Le gavage s’effectue à la chaîne et à la pompe hydraulique jusqu'à rendre les animaux malades. Dans certaines cages, des canards agonisent, peinent à respirer ou souffrent d'infections. Des cadavres gisent sur le grillage.


Plusieurs experts vétérinaires ayant visionné ces images d’enquête font état d'oiseaux qui "souffrent considérablement", d'un "état pathologique", d'une "détresse respiratoire profonde" et d'une pratique "inexcusable".
Pour Brigitte Gothière, porte-parole de L214, « même sur les tables les plus prestigieuses, le foie gras n'est autre que l'organe tuméfié d'un oiseau mis en cage, gavé et rendu malade. Nous appelons Joël Robuchon, Alain Ducasse et les grands chefs soucieux de ne pas cautionner cette maltraitance animale à cesser de servir du foie gras et à écrire une nouvelle page de la gastronomie. »
L214 porte plainte contre la société Soulard pour maltraitance envers les animaux.
Les jeudi 7 et vendredi 8 novembre, l’association organisera des happenings devant les grands restaurants qui servent ce foie gras.
Voir les dates et lieux des happenings
Contact presse :
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66
Sébastien Arsac : 06 17 42 96 84
(photos et vidéos d'élevages sur demande)


Aidez-nous :
signez notre pétition adressée aux grands chefs

"Monsieur Joël Robuchon, Monsieur Alain Ducasse, Messieurs les chefs de restaurants prestigieux : ne cautionnez pas la maltraitance animale. Cessez de servir du foie gras."
pétition sur le site MesOpinions.com
N'oubliez pas de donner encore plus d'ampleur à notre action en diffusant cet appel. Merci pour les animaux !



Linky, un ami qui nous veut du bien.







Alors que le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé début juillet que les 35 millions de foyers français seraient équipés du nouveau compteur «intelligent» Linky d'ici à 2020, l'UFC-Que choisir relance le débat sur le coût réel pour le consommateur. L'association de consommateurs, qui avait déjà saisi le Conseil d'État l'année dernière pour demander ce que son installation soit gratuite, met cette fois-ci en garde contre la vague de changements d'abonnement que la généralisation de Linky va mécaniquement engendrer et son coût. Dans une étude dévoilée ce matin, elle estime qu'il pourrait atteindre 724 millions d'euros. En cause: la grande précision du nouvel appareil par rapport à son prédécesseur, mais surtout le devoir de conseil que les fournisseurs d'énergie n'ont pas respecté. [ suite ]


Le compteur électrique intelligent Linky, un projet trop coûteux et liberticide ? (suite)


Tarifs de l'électricité: Pourquoi Linky va faire disjoncter votre porte-monnaie (suite)









Et puis sinon pour un tout autre sujet, une petite piqûre de rappel sympathique c'est chez INSOLENTE VEGGIE,
  ICI!




Samba


Message de ONE VOICE



DRAME DANS LA MARNE : SAMBA DOIT ÊTRE LIBÉRÉE

Septembre 2013 – La tragique évasion de l’éléphante Samba (rebaptisée Tania) du cirque qui l’exploite s’est terminée de la manière la plus prévisible : un drame. Pour One Voice, il est urgent de la libérer.
Samba est à bout. L’éléphante rebelle, durement marquée par près de deux décennies de vie circassienne, a profité de la première occasion pour pouvoir s’échapper de l’enclos électrifié où elle était détenue à Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne). Mais son besoin impérieux et vital de liberté a coûté la vie à un homme de 84 ans qui se trouvait sur son chemin (Voir l’article du journal La Marne).
Une tragédie
One Voice regrette d’autant plus cette disparition que ce drame aurait pu être évité. Car, depuis 2003, l’association se bat pour informer, alerter et obtenir la libération de Samba. À cette époque, l’éléphante avait refusé d’effectuer un numéro et son dresseur l’avait rouée de coups. Ce sont les pleurs des enfants qui avaient mis un terme au calvaire de Samba. Depuis, One Voice, qui en a fait le symbole de son combatcontre l’exploitation des animaux dans les cirques, porte une attention toute particulière à l’éléphante.
Mobilisation de longue date
En 2005, l’association a publié un rapport sur les conditions de détention de l’animal, basé sur plusieurs enquêtes réalisées entre juillet 2003 et mars 2005. Les conclusions du vétérinaire John Knight recommandaient « avec insistance que l’on replace Samba, aussi rapidement que possible, dans une autre structure susceptible de pourvoir correctement à ses besoins ». En 2010, après des nouvelles alarmantes sur l’état de santé de l’éléphante, One Voice organisait un premier cercle de silence à Paris. Devant l’immobilisme, un second cercle se tint à Strasbourg en 2011.
Cette rentrée, dans le cadre de l’opération « Qu’est-ce que c’est que ce cirque ? », Samba est encore à l’honneur d’une mallette pédagogique créée par One Voice. Destinée aux enfants des cycles 2 et 3, celle-ci vise à réveiller les consciences quant à la vérité des numéros des animaux dans les cirques. Les enfants peuvent également y découvrir l’histoire vraie de Samba, capturée au Kenya à l’âge de 1 an.
Brisons les chaînes
Propriété du cirque de l’Europe et rebaptisée Tania suite à notre campagne, Samba est plus que jamais en danger. S’il n’est pas question aujourd’hui de l’euthanasier qu’en sera-t-il demain ? Sans envisager cet extrême, quelle vie pour elle dans le cirque après ce drame ? Encore plus de brimades, encore plus de coups, encore plus esclave ? One Voice se mobilise pour obtenir la libération de Samba. Aidez-nous à la sauver en écrivant au directeur général de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) et au Ministère de l’Écologie. Demandez-leur que Samba soit confiée à One Voice. Nous disposons pour elle d’une place dans un sanctuaire sud-africain agréé CITES ! Qu’elle ait une chance de vivre enfin libre et qu’il n’y ait plus de drame. Ensemble faisons triompher la vie !
Directeur Général de la DGAL :
patrick.dehaumont@agriculture.gouv.fr


Histoire de Samba


Découvrez l’histoire de Samba et téléchargez le livret



Produits laitiers, toujours amis?


MALADIES RARES
Maladie rénale de l'enfant : le lait de vache mis en cause

Pierre Ronco
Chef du service de Néphrologie et Dialyses,
directeur de l'unité INSERM UMR S702
Hôpital Tenon – Paris


L’albumine bovine, une protéine du lait de vache et de certains laits industriels, serait la cause d’une maladie rare du rein chez l’enfant de moins de 5 ans.

Difficile à traiter, il s’agit de la glomérulonéphrite extramembraneuse : une maladie rénale fréquente chez l’adulte mais rare chez les enfants.
Elle peut conduire à une insuffisance rénale et nécessiter le recours à la dialyse ou à la greffe de rein.

En cause, la formation d’un « complexe » entre des antigènes et les anticorps produits par le système immunitaire du malade.
Lorsque ce complexe se dépose dans le rein, il conduit à sa destruction progressive.

Parmi les responsables ont déjà été identifiés des antigènes Maladie rare dits «endogènes » (fabriqués par l’organisme) ou « exogènes » (virus, bactérie, etc.).

L ’équipe du Pr Pierre Ronco et de Hanna Debiec vient de découvrir que chez l’enfant cette maladie peut aussi être provoquée par l’albumine bovine, une protéine présente notamment dans le lait de vache. La responsabilité de cette substance a déjà été soupçonnée dans d’autres maladies auto-immunes.

Chez les tout-petits, l’environnement peu acide de l’estomac ou la barrière intestinale pas encore mature pourrait laisser passer  l’albumine dans le sang. Celle-ci s’y retrouverait alors sous une forme non digérée, et induirait la production d’anticorps se déposant avec l’albumine sur la paroi des capillaires du rein.
Cette découverte suggère que d’autres substances alimentaires pourraient être impliquées dans le développement de cette maladie rénale.

Le téflon en question.





Le Téflon est le nom commercial du polytetrafluoréthylène (PTFE), un composé complexe d'hydrocarbures perfluorés (PFC). Ce matériau magique a été commercialisé dès 1946 par la firme américaine DuPont de Nemours.
Aujourd’hui il est partout: dans les ustensiles de cuisine, mais également dans les vêtements, l’imperméabilisant (Gore-Tex), les tapis antitaches, l’emballage alimentaire, les lunettes, les verres de contact ou l’isolation des fils électriques.
Partout: on ne croit pas si bien dire... Ses composants ne sont pas biodégradables et se retrouvent dans les organismes des êtres vivants du monde entier! Une étude réalisée aux Pays-Bas par Greenpeace et le WWF en a retrouvé dans le sang de jeunes mères et dans le sérum du cordon ombilical de nouveau-nés.

Un cancérigène probable

L'Agence américaine de Protection de l'Environnement a jugé - mais pas à l'unanimité - que le principal ingrédient du Téflon était un "cancérogène probable". Mais nous ne sommes qu'au début des découvertes sur la toxicité du téflon. Jusqu’à récemment, les toxicologues recherchaient des poisons dans le sang et la graisse, mais pas dans les organes. Or, ils découvrent à présent que les PFC s'accumulent dans le foie, la vésicule biliaire et la thyroïde.
Les conséquences observées sur les animaux sont peu rassurantes: perturbations endocriniennes, lésions hépatiques, troubles immunitaires, malformations congénitales et cancers.

Comment avons-nous été intoxiqués?

Lorsque le téflon est chauffé à haute température, il émet des inhalations toxiques. Ces émissions s'observent généralement après 2 années d'utilisation, mais le phénomène peut s'accélérer lorsque le revêtement des casseroles est nettoyé avec du détergent abrasif.
DuPont assure que ses produits sont stables jusqu'à 315°C, qui est une température non atteinte lors de la cuisson ordinaire.
Or des études indépendantes montrent que des produits toxiques ont été émis par le téflon dès 230°C. Là où ça devient dangereux, c’est lorsqu’une poêle vide est chauffée: lors de tests effectués par l'association indépendante Environmental Working Group, une poêle peut atteindre jusqu'à 391°C en 3 minutes et 20 secondes. Des dégagements de neurotoxines sont également observés à température normale.
Des composés du revêtement peuvent également migrer vers le gras des aliments. C’est ce que des expériences conduites aux États-Unis l’ont montré avec les emballages alimentaires de type pop-corn, traités avec un ingrédient du téflon. Chauffés à 175°C, ceux-ci étaient des centaines de fois plus nocifs que les poêles antiadhésives.
Dans les années 50, les travailleurs des usines de DuPont ont été saisis de fièvre. La firme a alors mené plusieurs expériences. L’une d’elles consistait à exposer des animaux à des émanations de téflon pendant 6 heures. Comme les animaux étaient toujours en vie après ce traitement, DuPont en a conclu que les fumées de téflon étaient sans danger. Ce travail a même été publié dans une revue scientifique.
Mais les ouvriers de ses usines continuaient à avoir des frissons, des douleurs thoraciques et des difficultés à respirer. La firme réalisa d’autres expériences menant à la même conclusion.
Des études indépendantes sur la santé des ouvriers indiquent qu’ils sont en réalité exposés, par inhalation à long terme, à un plus fort risque de cancer de la prostate, du sein, des testicules et du pancréas. Depuis 1960, les ouvriers de l’usine portent quand même un masque lorsque le téflon est chauffé à plus de 200°.
En 2001, 60.000 habitants de l’Ohio et de Virginie aux États-Unis ont intenté un procès à DuPont pour avoir déversé illégalement des PFC dans leurs rivières. Ils ont réussi à obtenir les dossiers médicaux de 5.000 ouvriers de la firme et ont découvert un excès de certains cancers comme le lymphome non hodgkinien, la leucémie et le myélome multiple.
La firme a négocié un accord à l’amiable et a versé 100 millions de dollars de dédommagements. En juillet 2004, l’Agence américaine de l'Environnement (EPA) a dévoilé des données qui montraient que DuPont savait depuis 1981 qu’un des composés du Téflon se transmettait de la mère à l'enfant et pouvaient causer des déformations faciales chez les humains...
Lorsqu’en janvier 2006, l’EPA concluait que le principal ingrédient du téflon était "un cancérigène probable", DuPont s’est engagé à diminuer de 95% l’usage de cette substance dans ses produits d’ici 2015.

Des mesures de précaution

Selon le principe de précaution, le téflon devrait être retiré des rayons jusqu'à preuve de son innocuité. Mais puisqu’il n’en est rien, mieux vaut adopter un comportement prudent.
  • Choisir des produits antiadhésifs de qualité (plus chers). Ne pas chauffer les ustensiles sans aliment et éviter les fortes températures (pas de friture, de feu vif, ni de four).
  • Jeter les ustensiles dont le revêtement est abîmé et ne pas dépasser 2 ans d’utilisation.
  • Limiter l'utilisation d'aliments préemballés (barres chocolatées), de pop-corns et surtout ne pas faire chauffer ces aliments dans leur emballage.
  • Eviter de traiter meubles et chaussures avec des produits antitaches ou imperméabilisants et acheter de préférence des produits n'ayant pas été prétraités.
  • Préférer les ustensiles en acier inoxydable et en matériau inerte (céramique, verre, bambou). Mais attention: pas d’aluminium!
Plus d’info sur la contamination chimique de notre environnement et de nos organismes: www.wwf.fr.

Droit de réponse

A la demande de la société DuPont, nous publions le droit de réponse ci-après concernant les ustensiles de cuisine en Teflon®.
Teflon® est une marquée déposée de DuPont et ne peut être utilisé comme terme générique pour désigner des revêtements de cuisson anti-adhérents. Tous les revêtements anti-adhérents ne sont pas fabriqués par DuPont. Il y a d'autres fournisseurs de revêtements anti-adhérents dans le monde, dont DuPont ne saurait certifier la qualité.
Les revêtements de marque Teflon® sont sans danger pour l'utilisation pour laquelle ils ont été conçus. C'est un fait corroboré par les recherches scientifiques et plus de quarante ans d'utilisation au niveau du consommateur. En outre des organismes de réglementation comme l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) et la Food and Drug Administration des Etats-Unis ont affirmé leur position que ces revêtements sont sans danger pour les utilisations culinaires pour lesquelles ils ont été conçus.
Si vous voulez acheter des produits de marque Teflon®, prenez soin de repérer le sceau correspondant sur l'emballage du produit.


Et si...


Mes problèmes de santé actuels, plutôt inhabituels et atypiques, m'ont poussés à faire de nombreuses recherches, sur le net entre autres.
En regroupant certaines données j'en suis venue à avoir quelques soupçons sur les origines possibles de mes troubles actuels...
Sans certitude aucune (les médecins étant encore très sceptiques et toujours assez réticents à donner certaines informations qui pourraient rendre le patient trop actif dans la gestion de ses problèmes et ses prises de décisions-notamment dans le choix d'un traitement "alternatif") j'ai néanmoins envie de vous faire part des informations qui suivent...


Je vous propose donc la lecture de cet article trouvé chez : http://zekitchounette.fr/aluminium-dangereux-sante


"Depuis quelques années déjà, on nous parle des risques que comportent les sels d’aluminium contenus dans les anti-transpirants. Ils provoqueraient des cancers du sein. Pour cette raison, les industriels ont diversifié leurs offres. Cependant, on trouve de l’hydroxyde d’aluminium partout !

L’oxyde d’aluminium provient de la bauxite : un minerai naturel extrait aujourd’hui en Guinée. Il est naturellement riche en aluminium. Après transformation, la pierre initialement rose devient une poudre blanche : l’alumine.
La poudre ainsi obtenue est alors utilisée en chimie. Elle sera transformée par les industriels pour différentes applications, que se soit dans l’alimentaire, les cosmétiques ou bien pour certains vaccins.
Pourquoi l’aluminium est-il dangereux pour la santé ?
  • L’aluminium est un composé totalement absent de notre organisme. Il n’a donc aucune utilité pour notre corps. Lorsque l’on en absorbe, il est stocké sur les muscles. Il peut très bien se stocker sur le cerveau aussi, d’où le problème de ce composé.
  • On en trouve absolument partout : emballage, alimentation, produits cosmétiques, vaccins, dentifrices…
  • Il nous est totalement impossible d’additionner les proportions d’aluminium.
  • Les industriels ne sont pas tenus de respecter les normes. Les aliments peuvent donc contenir autant d’aluminium qu’ils le veulent.
  • Nous ne sommes pas tous égaux devant ce composé.
Dans les emballages, des particules peuvent se mettre dans la nourriture. Cet effet est surtout constaté lorsqu’un aliment est acide. A éviter donc de faire des papillotes en aluminium avec du citron à l’intérieur. On va aussi éviter de recouvrir une tarte acide avec de l’aluminium afin de réduire le risque d’absorption de celui ci.
Dans les aliments, il est utilisé comme poudre à lever (boulangerie –> pain de mie blanc, levure…), arômes, gluten de blé (additif) et se présente sous la formule E541. Les laits infantiles présentent un taux en oxyde d’aluminium bien trop élevé suivant une étude faite en Angleterre.

Dans les produits cosmétiques : dentifrices, certains après shampoings, certaines colorations, la plupart des anti-transpirants, la crème solaire… c’est une anti-agglomérant. Il permet aux produits d’être plus fluides. Il facilite donc la pénétration des crèmes dans la peau, bloquent la transpiration, durcissent les vernis à ongle… L’absorption cutanée est beaucoup plus importante et beaucoup plus rapide.
Le reportage nous met en garde sur le fait qu’un anti-transpirant appliqué sur une peau saine sera moins dangereux à long terme que sur une peau rasée. Ce composé est une cause des cancers du sein : zone où sont appliquées les cosmétiques. A savoir que la moitié des produits cosmétiques sont à base d’hydroxyde d’aluminium
Dans les vaccins : l’aluminium est utilisé comme adjuvant. Cela permet aux industriels de mettre moins de principes actifs et donc de réduire les coûts. Dans la majorité des cas, l’hydroxyde d’aluminium ingéré après vaccination disparaît après quelques années. Dans une minorité (1000 cas en France) l’aluminium se fixe sur les muscles et des problèmes de santé apparaissent. Les vaccins contenant de l’aluminium énoncés dans le reportage sont : l’hépatite B et A et le DT polio. Certains vaccins que l’on fait lorsque l’on est petit en contiennent aussi. Pour les industriels, le nombre de cas recensés n’est pas assez conséquent pour changer la méthode de production. Pourtant, un vaccin sans aluminium existait il y a quelques années. Il contenait du phosphate de calcium : un constituant naturel du corps humain contenu dans les os. Le vaccin était donc mieux accepté pour l’organisme.
Recommandations Européennes
Pour éviter des problèmes de santé liés à l’hydroxyde d’aluminium, il existe des recommandations Européennes.
Il ne faut pas dépasser 1 mg d’aluminium / semaine / kg. Pour une personne de 70kg, la dose recommandée est 70 mg/semaine. Lorsque l’eau du robinet est testée, ce taux ne doit pas dépasser 0,2mg/l. Or, d’après le reportage, tous les laits infantiles seraient compris entre 0,3 mg/l et 0,5 mg/l. Cherchez l’erreur…
Les problèmes liés
L’aluminium est un neurotoxique. Il déclenche une maladie appelée Myofasciite à macrophage. Elle provoque chez les patients une incapacité à se déplacer seuls, une fatigue chronique, des douleurs intenses dans les muscles, des oublis (sur des actions communes de vie), des troubles cognitifs (intellectuels). Il est impossible de soigner cette maladie. Les rares cas de guérisons étaient totalement inexpliqués.
Les particules d’aluminium entrent dans le cerveau et n’en ressortent jamais. L’accumulation de ces particules, au bout de quelques années, peut provoquer ce genre de problèmes."

et je vous invite au visionnage de ce documentaire :
Aluminium, notre poison quotidien : France 5, Dimanche 22 janvier 2012 à 20h45.


Réchauffement climatique, à qui la faute?



Voici une suite logique à mon dernier billet, qui m'a été largement inspirée par le pertinent commentaire d'ALAINX. (merci AlainX tes interventions ici sont toujours un plaisir ;)

Une petite mise au point très instructive et fort intéressante!


Le réchauffement de la planète n'est pas une légende. On en observe les effets depuis plusieurs années et son origine semble toute désignée : les activités humaines.
En effet, on a mesuré un réchauffement de 0,5°C au cours du siècle dernier. Un tel réchauffement, s'il peut paraître faible, se traduit, sur la même période, par une élévation de 10 à 20 cm du niveau moyen des océans par dilatation de l'eau. Ce réchauffement est confirmé par le recul des glaciers sur toute la surface du globe, l'accroissement de la dérive des icebergs et de la fragmentation des banquises.
Mais les activités humaines en sont-elles réellement les premières coupables ? La nature n'en est-t-elle pas en partie à l'origine ? Qui est le plus responsable du réchauffement climatique : l'Homme ou la nature ?

L'Homme, responsable du réchauffement ?


L'Homme, par ses activités telles que l'industrie, la circulation automobile ou l'agriculture, produit des gaz qui amplifient l'effet de serre naturel :
  • Le gaz carbonique (CO2) est responsable à lui seul de 65% de l'effet de serre anthropique et sa durée de séjour dans l'atmosphère est de 100 ans. La moitié du CO2 contenu dans l'atmosphère serait produit par les Hommes : cela équivaut à 7 milliards de tonnes de carbone par an, soit 4 kg par habitant et par an. Ce gaz provient principalement de la combustion des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), de certaines industries (par exemple pour la production du ciment) et de la déforestation, notamment en zone tropicale.
  • L'ozone (O3) troposphérique engendre environ 5% de l'effet de serre anthropique. C'est une variante de l'oxygène qui est naturellement présent dans l'atmosphère. Dans la stratosphère, l'ozone arrête les ultraviolets du Soleil qui ont tendance à "casser" les liaisons chimiques indispensables à la vie. Il nous y est donc très utile : sans cette couche d'ozone stratosphérique la vie évoluée n'existerait probablement pas en dehors des océans. Dans latroposphère, l'ozone est un polluant très agressif. Il y est formé par l'Homme, à partir de la combustion des hydrocarbures.
  • Les halocarbures engendrent environ 10% de l'effet de serre anthropique. Ils ont un potentiel de réchauffement considérable : des milliers de fois celui du CO2 à masse égale et leur durée de séjour dans l'atmosphère peut aller jusqu'à 50 000 ans. Heureusement, leur teneur est infime par rapport à celle du CO2. Ils sont utilisés :
    Comme gaz réfrigérants dans les systèmes de climatisation et les chaînes du froid (les émissions de ce poste proviennent essentiellement des fuites et mises à la décharge des systèmes de climatisation).
    Comme gaz propulseurs dans des bombes aérosols : il s'agit des CFC (Chlorofluorocarbones) qui constituent une sous-famille des halocarbures. Le protocole de Montréal a décidé leur éradication progressive car, en plus d'être de puissants gaz à effet de serre, ils sont aussi responsables de la diminution de l'ozone stratosphérique.
    Dans certains procédés industriels (fabrication de mousses plastiques, de composants d'ordinateurs ou de téléphones portables).
  • Le méthane (CH4) engendre environ 20% de l'effet de serre anthropique. C'est un gaz 23 fois plus puissant que le CO2. Sa durée de séjour dans l'atmosphère est de 12 ans. Ce gaz est désormais pris en compte dans des accords internationaux tels que le protocole de Kyoto afin d'en réduire l'émission. Malgré tout, l'homme produit encore du méthane qui provient :
    De la combustion, notamment des brûlis en zone tropicale. En effet, la combustion du bois est toujours une combustion imparfaite, qui libère dans l'atmosphère des composés mal ou pas brûlés, dont du méthane.
    Des exploitations pétrolières et gazières, à cause des fuites de gaz naturel.
    De l'élevage des ruminants (vaches, moutons, chèvres, yaks...) car les aliments qu'ils ingèrent fermentent dans leur estomac, en dégageant du méthane (il y a tout de même 20 millions de bovins en France : le poids des vaches est supérieur au poids des hommes !).
    Des décharges d'ordures ménagères et du compostage, à cause du pourrissement.
    De la culture du riz, car les zones humides en général émettent du méthane.
  • La vapeur d'eau (H2O) provient des centrales électriques, de l'irrigation, des barrages, de la déforestation... mais les émissions d'origine humaine ne sont pas suffisantes pour perturber le cycle global de l'eau, car la planète en est déjà couverte aux 2/3 et l'eau ne s'accumule dans l'atmosphère pas plus d'une semaine.
  • Le protoxyde d'azote (N2O) engendre environ 5% de l'effet de serre anthropique. C'est un gaz 298 fois plus puissant que le CO2 qui provient de l'utilisation d'engrais azotés en agriculture, et de certains procédés chimiques. Sa durée de séjour dans l'atmosphère est de 120 ans. Ce gaz est aujourd'hui pris en compte dans des accords internationaux tels que le protocole de Kyoto afin d'en réduire l'émission. Avec ses émissions de gaz à effet de serre, l'Homme a modifié la situation comme si le Soleil avait augmenté sa puissance d'environ 1%. Cela peut paraître peu. Pourtant, compte tenu des énergies considérables qui sont en jeu, de la fragilité de certains équilibres naturels, et du fait que ces effets agissent sur de longues périodes, c'est très significatif pour notre avenir.



La nature, responsable du réchauffement ?

  • La vapeur d'eau (H2O) : Ce gaz, naturellement présent dans l'atmosphère, est la principale cause de l'effet de serre : il engendre environ 55 % de l'effet de serre naturel. Cependant, la vapeur d'eau n'est pas à l'origine du réchauffement climatique car sa teneur dans l'atmosphère reste constante.
  • Le Soleil : La quantité de rayonnement solaire reçue par la Terre peut incontestablement provoquer des modifications du climat. Selon Richard C. Willson, climatologue américain, le Soleil agirait en rayonnant de plus en plus. En effet, la luminosité du Soleil semble augmenter lentement : + 0,036% entre 1986 et 1996. A ce rythme, la température augmenterait de 0,4°C d'ici à 100 ans et de 2°C si on prend en compte les émissions de CO2. Cependant, d'autres chercheurs mettent en doute les conclusions de Willson : les mesures seraient imprécises car brouillées par l'apparition de taches solaires et de facules. De plus ses données s'étendent sur un nombre d'années insuffisant pour pouvoir tirer des conclusions, et ce, à cause des cycles solaires.
  • Les zones humides : Le méthane (CH4), gaz à effet de serre, est produit dans les zones humides telles que les marais ou les deltas, où l'oxygène est peu abondant. En effet, ce gaz se forme dès qu'un composé organique (un animal, une plante) se décompose, et particulièrement si cette décomposition se passe sans oxygène, par exemple au fond de l'eau ou sous terre. Dans les marécages par exemple, les feux follets ne sont rien d'autre que la combustion spontanée du méthane produit au fond des marécages, là où les plantes pourrissent sans air. Une partie du méthane présent dans l'atmosphère est donc d'origine parfaitement naturelle.
  • Le bétail est également à l'origine d'environ 15% des émissions de méthane* : l'appareil digestif des animaux offre des conditions idéales pour les bactéries qui fabriquent ce gaz.
  • Le phénomène climatique El Niño : il apparaît généralement vers l'époque de Noël le long des côtes sud-américaines du Pacifique et se produit avec plus ou moins d'intensité tous les 3 ou 5 ans. Du fait d'un déplacement de l'équateur météorologique, les alizés s'inversent et la température de la mer s'élève de plusieurs degrés. Ce phénomène s'étend en fait à tout le Pacifique tropical et intéresse tant l'océan que l'atmosphère (cf. schémas ci-dessous). Lors d'une année "El Niño", les zones de formation des cyclones se déplacent, les cyclones varient en intensité, les centres d'action (anticyclones et dépressions saisonniers) se décalent. L'ensemble de la planète est concerné (sécheresse ou inondations). L'équilibre écologique est bouleversé.

La nature est à sa limite d'absorption des gaz à effet de serre : On met en évidence un accroissement constant de la quantité de gaz à effet de serre au cours des dernières décennies, malgré l'absorption naturelle des océans et de la végétation : ils absorbent tout de même plus de la moitié du CO2 émis dans l'atmosphère !
En effet, l'océan est un régulateur de la concentration en COdans l'atmosphère grâce à sa grande capacité à le dissoudre. De plus, la biosphère terrestre échange avec l'atmosphère une importante quantité de gaz carbonique. Cet échange permet de recycler une partie du CO2 émis dans l'atmosphère.
Mais le déséquilibre observé est dû à la lenteur des processus d'absorption naturels par rapport à la vitesse d'émission du gaz carbonique par les activités humaines. La production de ce gaz excède la capacité d'absorption de la nature. D'ici 2050, on prévoit un doublement de la concentration de CO2 dans l'atmosphère par rapport au début de l'ère industrielle (vers 1750).

Conclusion

Si la nature est à l'origine du réchauffement climatique, sa part de responsabilités est moindre par rapport à celle de l'activité humaine et, parmi les facteurs naturels, certains restent encore à prouver. L'Homme serait donc à l'origine du réchauffement de la planète, à cause de sa production importante de gaz à effet de serre depuis le siècle dernier. C'est d'ailleurs ce que pensent 99% des climatologues.



* Alors AlainX dans tous les cas et même si en l’occurrence le pet des vaches a un impact relativement faible en comparaison aux industries, Manger moins de bétail demeure un geste écologique ! Puisque convaincre les grosses industries de diminuer leur impact (sans passer par le greewashing foutage de gueule) reste une utopie à l'ère capitaliste! ;)
DE PLUS si les vaches pètent autant, ce n'est qu'à cause de l'intervention productiviste de l'homme qui a modifié son alimentation naturelle : si les vaches sont ballonnées, c’est qu’elles manquent d’oméga 3. A l’origine de cette carence : le très classique cocktail maïs-colza-soja qui compose trop souvent leur alimentation. Un menu auquel il suffirait d’ajouter de la luzerne, du lupin ou du lin pour voir les émissions de méthane diminuer de 15% à 30%. Mais à 700 euros la tonne de lin, l’argument écologique ne suffit pas à convaincre les éleveurs. Alors, des associations telles que Bleu-Blanc-Cœur inventent d’autres incitations. (plus ici)


Rencontre imprévue!






Il y a quelques semaines, j'ai rencontré une vache.
Elle s'appelle Camomille.*

Il y a bien des années, j'étais une petite fille, j'ai approché de près une vache et j'en avais gardé un impressionnant souvenir en même temps qu'une drôle d'émotion chaude et enveloppante...

Pas loin de 35 ans après... Cette nouvelle rencontre m'a émue au possible avec le chemin que j'ai parcouru et  les choix alimentaires qui sont les miens aujourd'hui (sic)

35 ans. Et pendant ce temps  j'en ai bouffé de ses congénères. C'est "drôle"...
Quand j'imagine que la plupart des "mangeurs de vaches" n'en n'auront jamais vu une de près... Je trouve qu'il y a quelque chose d'assez "dérangeant" là-dedans... mais je ne saurais dire quoi exactement. Je le sens, je le ressens, c'est tout. En caressant Camomille et en passant un peu de temps avec elle, ma conviction ne s'est pas renforcée, en fait elle s'est simplement et naturellement incarnée.


* Camomille a été achetée très jeune à un éleveur. Elle était destinée à être une vache laitière. C'est une vache heureuse qui a un temps fourni du lait à cette famille de particuliers (puisqu'elle avait mis bas un veau) et qui aujourd'hui coule des jours paisibles dans un bel endroit en compagnie d'un âne dans un beau champ à l'herbe grasse.